ANCIENNE VERSION



2 CONCEPTION A POTENTIEL EVENTUEL

 

Le principe de base pour engendrer le mouvement est identique que précédement. La conception proposée a pour objectif d'augmenter la "PUISSANCE UTILE" du mécanisme et d'en faciliter la construction de grand système, dont le "couple moteur" en est proportionnel. C'est une structure de forme cylindrique, réalisée par des tubes plastiques. L'axe central maintien le mécanisme dans l'eau et devient "récuperateur de l'énergie". Toutes les parties "pesantes" du mécanisme se retrouvent au centre. Pour son fonctionnement le système nécessite un mécanisme supplémentaire se composant de cliquet de galet et d'une came.

 

 

 

Les cylindres (1) et les masses (2) forment un cadre mobile (3) par rapport à deux pistons (4) reliés entre eux par un tube rigide (5) permettant le passage de l'air et dont le centre est celui de la rotation du système(6). La condition d'équilibre au temps t:0 est respectée : P1+P2>F pour une profondeur d'eau de h. Le moment de la force de déséquilibre exercé sur l'axe principal au temps t:0 est de 0 Kg / m.


Durant le cycle et pendant l'intervalle de temps t0 à t1, l'air se trouvant dans le piston cylindre en extension est maintenu par force pour éviter qu'il ne remonte dans la chambre supèrieur. Le mécanisme comporte un système de blocage de la partie mobile (cadre, cylindres, masses) par rapport au pistons. Ce maintien est réalisée par des cliquets (7) possédant des galets (8) et des pions (10) se situant sur le cadre mobile. Une came fixe (9) débloque le système a temps voulu, et permet le transfert de l'air. Ce maintient par force de l'air n'intervient pas dans le déséquilibre de la rotation du système.


Il existe deux mouvements propre à cette conception, la rotation du système complet autour de son axe et la descente du cadre mobile, ces deux vitesses doivent être synchronisées pour un bon fonctionnement. Afin d'optimiser la vitesse de descente du cadre mobile, on peut imaginer un principe de "masse ponctuelle" Ce sont des masses (12) associées à des volumes d'air (11). La poussée d'Archimède de ce volume d'air (F) est égale au poids de la massa (P) à une profondeur désirée (h). Hors de l'eau il n'y a plus de pression exercée sur le volume d'air, le poids de la masse existe. Cela nécessite une poche d'air fixe (13) située au centre du mécanisme.


FIN DE PAGE