Translation vers la nature

Passer la sourie sur les images pour les animer


Le but de ces pages est de montrer les éventuelles corrélations entre une dynamique provoqué par un détournement de la loi du moindre effort, et les dynamiques observées dans la nature. Ces corrélations ne sont que des idées sans aucune démonstration mathématique. Ces idées peuvent être présentées comme de simple sujet a réflexion.

 Est ce que la conscience raisonnée peut concevoir, une réalité différente  de celle de la nature,  par le bais d’un mécanisme?

 Est ce qu'il peut exister deux réalités d'origines différentes dans notre univers ?



La réalité.
Dan ces page la réalité est définit comme une observation objective du monde extérieur vers un observateur. Elle est représentée dans sa plus petite structure par des particules élémentaires. L'énergie de ces particules renvoie une information vers un observateur, celui-ci prend connaissance du monde extérieur, et y définit la réalité ou sa réalité ….




 

La réalité du mécanisme est identique à celle de l’univers.

La réalité des particules a pour cause première  la naissance et l'évolution de l'univers. Au-delà et dans l’état des connaissances actuelles nous ne connaissons pas la cause première a la naissance de l’univers et a la cause de sa réalité.
Dans un système de cause à effet, l’énergie issue du mécanisme ne se définit plus dans un schéma de transformation énergétique, puisqu’il est considéré comme un système isolé.
L'énergie qui serait constaté du mécanisme par un observateur extérieure, produirait le même type d’information que celle des particules élémentaires. Dans un système de cause à effet, l’énergie produite par le mécanisme, ou celle du monde extérieure, se définissent comme une réalité objective sans cause première . Ces réalités objectives deviennent identiques pour un observateur.



Transposition vers la nature.

Le principe de fonctionnement du mécanisme est il une copie de la nature ou une singularité ?

 S’il est une singularité, cela devient une singularité de la nature avec une origine anthropique.
Mais quelle est la probabilité pour que la tolérance des constates cosmologique puisse autoriser en même temps deux principes différents de la réalité ?
Celui de la nature et celui du mécanisme. Celui qui commence par une singularité naturel, la naissance et l’évolution de l’univers, et celui qui commence par une conscience raisonnée, le principe du mécanisme. Dans ce cas de figure la tolérance des constantes cosmologiques se réduiraient encore plus par rapport a la tolérance qu’on leurs connait.
  S’il est une copie de la nature, alors nous sommes l'observateur qui se définit dans la zone, et non dans le cadre. Dans cette zone l’observateur aurait sont champs d’observation et de connaissance réduit.

Ce qui suit, ce ne sont que des idées non justifiées et sans mesure pour les valider.
Elles ont juste pour but de montrer qu’il peut y avoir des possibles comparaisons entre la nature et le principe du mécanisme.



 

Transposition du principe : l’expansion d’une zone.
Cet observateur  verrait les limites de  la zone se dilater, car cette zone ce remplit d'énergie produite par un principe identique à celui du mécanisme.

Une similitude avec l’origine de l’énergie sombre ?




 

Transposition du principe : le double comportement d’une particule.

Si l’observateur mesure l’énergie qu’il constate dans la zone, il en définira deux. Une énergie qui est associé a une masse. Cette énergie retrouve son    équivalence dans le cadre mais sous forme d’énergie opposé. L’énergie de cette masse serait comparable à la structure du pendule en mouvement.
Et une deuxième mesure de l’énergie, provoquée par la géodésique différente de la zone, il constatera une énergie qui n’est pas associé à une masse, puisque cette énergie n’a pas d’équivalence dans le cadre.
 Ces deux mesures montreraient pour l’observateur soit un comportement d’un objet possédant une masse, s’il mesure l’énergie du pendule lui-même, soit d’un objet se comportant comme une onde s’il mesure l’énergie produite par la géodésique différente de la zone.

Une similitude avec le double comportement « onde corpuscule » d’une particule élémentaire ?





 

Transposition du principe : l’observation d’un objet qui n’existe que dans le cadre.

Si un objet existe seulement dans le cadre, l’observateur qui se définit dans la zone ne constaterait pas d’objet. Cet objet ne créerait pas de réalité dans la zone. Mais son existence dans le cadre se manifesterait dans la zone par un champ gravitationnel, puisque l’objet existe. L’observateur de la zone verrait un champ gravitationnel sans voir l’objet qui le provoque.

Une similitude avec un trou noir ?





 

Transposition du principe : une géodésiques différentes dans un même espace temps.

La réalité que l’on observe autour de nous est dynamique. En considérant une vitesse constante dans la zone, puis une autre vitesse constante mais plus faible dans le cadre, nous avons l’effet d’une combinaison de deux géodésiques différentes se définissant dans un même espace temps.


retour page d'acceuille
FIN